24.02.2018 | 8:35
Échange – L’e-commerce se formalise

Longtemps considéré comme un marché libéral et sans structure, le commerce en ligne sera, à présent, sujet au respect des textes de loi. 

24.02.2018 | 8:35
Moramanga – Une semi-remorque broie sept personnes

Un poids-lourd a roulé sur sept occupants d’un taxi-brousse sur la RN2. Les défunts sont sortis du véhicule à la suite d’une crevaison lorsque le camion les a happés. 

24.02.2018 | 8:34
Gare routière d’Andohatapenaka – Les gargotiers informels chassés

Interdiction. Les gargotiers informels ont été exclus par les forces de l’ordre près de la gare routière d’Andohata­penaka, hier matin. Comme il est interdit aux gargotiers informels de franchir la porte de cette gare routière, ils ont eu l’idée d’étaler les nourritures aux alentours. Et ils ont marmonné tout en enlevant leurs marmites et demandent à ce que l’Etat puisse considérer leur situation actuelle. « Nous ne savons pas où aller. Notre emplacement à Fasan’ny Karàna dépendait de  la Commune urbaine d’Anta­nanarivo. Il n’y avait pas encore de discussion  nous concernant », se désespère Laurette Ranivomahenintsoa, gargotier de Fasan’ny Karàna. Les habitants des alentours ont également espéré tirer profit de la présence de cette gare routière et ont commencé à mettre en place tous les ustensiles et différentes nourritures. Mais ils ont été tout de suite écartés par les forces de l’ordre. « Le lieu où nous vendons des nourritures fait partie de notre propriété alors pourquoi les forces de l’ordre osent-ils nous exclure ? Les gargotiers réclament aussi leur droit, c’est la raison pour laquelle ils viennent ici car ils doivent nourrir leur famille. C’est injuste », fulmine Claudine Rasoarimalala, habitant d’Andohatapenaka. Certains gargotiers apportent des pâtes sèches dans des barquettes autour de la Gare routière et loin des yeux des forces de l’ordre. Déjeuner moins cher  En plus, les utilisateurs de cette gare routière se plaignent également de la cherté de la nourriture et préfèrent prendre le déjeuner ailleurs. « Nous y gagnons au moins 3 000 ariary par jour. C’est peu par rapport à ce qu’on gagne à Fasan’ny Karàna.  Nous avons aussi besoin de prendre quand même du café ou de fumer  à certain moment. Alors que la nourriture vendue sur cette place est trop chère et ne  correspond pas à nos pouvoirs d’achat. Entre 12h30 et 13h, nous nous faufilons vers l’extérieur pour déjeuner », annonce Jean Rakotoarisoa de la coopérative Kofitsiro. Il est souligné par Beboarimisa Ralava, ministre du Transport et de la météorologie qu’un appel d’offres est lancé pour ceux qui sont intéressés à devenir des restaurateurs dans cette gare routière. Et que cela doit suivre les normes sanitaires. Ces gargotiers informels n’ont aucune chance d’y entrer mais leur sort n’est pas encore décidé pour le moment. Mamisoa Antonia

24.02.2018 | 8:34
Réconciliation nationale – Le Conseil du Fampihavanana joue sur la discrétion

Discrétion. Selon Alphonse Maka, président du Conseil du Fampiha­vanana Malgache (CFM) joint au téléphone hier, aucune restitution ni synthèse des différentes rencontres effectuées durant la phase d’écoute ne sera publiée. « Nous ne ferons pas de restitution issue des rencontres que nous avons eu avec les différents acteurs politiques de grande envergure », a-t-il soutenu. Cependant, une assemblée générale est organisée pour le 5 mars, une occasion pour tous les membres de faire un exposé des faits qui entrent dans le domaine des fonctions du CFM. « C’est également à ce moment que nous élaborerons les stratégies pour mener à bien nos missions », a ajouté Alphonse Maka. Sans protocole. Le Conseil du Fampihavanana projette de continuer les visites des régions, comme cela a déjà eu lieu à Antsirabe, la semaine dernière. Selon son président, le mieux est de rencontrer directement le peuple. « Lors de notre rencontre avec la population d’Antsirabe, on a remarqué qu’elle avait soif de dialogue », a-t-il soutenu. Selon lui, faire une descente sur le terrain ne se résume pas seulement à voir les hauts responsables de la localité. « Nous ne voulons pas instaurer un quelconque protocole. L’idée est de mettre la population en confiance », a expliqué le président du CFM. Lors de la descente du Conseil du Fampiha­vanana à Antsirabe la semaine dernière, Alphonse Maka a exposé l’utilité de ces descentes. « Les tournées dans les régions sont importantes car, par cette démarche, nous pouvons connaître la réalité et l’iden­tité de chaque région, lesquelles jouent un rôle important sur les processus de la réconciliation nationale », a-t-il expliqué. Il a également rappelé que « des commissions sont chargées de toutes les affaires ayant trait à l’histoire et faits passés, ce dans l’objectif d’instaurer une  atmosphère politique, sociale, et économique saine et apaisée ». Aux dernières nouvelles, le chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonan­drasana a reçu la délégation du Conseil du Fampiha­vanana présidée par Alphonse Maka, jeudi à Mahazoarivo. Le Pre­mier ministre aurait reconnu que le CFM peut garantir un climat de paix, surtout en cette année électorale. Loïc Raveloson

24.02.2018 | 8:33
Eau, hygiène et assainissement – Un nouveau projet vise la durabilité et l’équité

Six cent mille personnes à cibler. Le projet « Rural access to new opportunities in Water, sanitation and hygiene (Rano Wash) » qui dure cinq ans, sera conduit dans deux cent cinquante communes des régions Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Vakinan­karatra, Amoron’i Mania et Matsiatra Ambony. Il a pour objectif d’accroître l’accès durable et équitable aux services eau, assainissement et hygiène  dans le monde rural pour optimiser l’impact sur la santé, la nutrition et pour préserver l’environnement. « Il y aura le renforcement du secteur en termes de gestion, de statistiques, d’évaluation et la mise en place d’une plateforme. Les actions concrètes en collaboration avec le secteur privé contribueront à la pérennité du projet et le changement de comportement des usagers amènera au bon maintien des infrastructures », explique le Dr Alain Randriamaherisoa, chef de projet. Cent quarante réseaux de distribution seront installés et des centres de santé ainsi que des écoles publiques figurent parmi les bénéficiaires prioritaires. Les localités ayant entrepris de gros efforts dans l’éradication de la défécation à l’air libre auront droit à des toilettes hygiéniques. Farah Raharijaona